AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
IDENTITY CARD

« Berlioz E. Galántha »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Anastase-Berlioz • Swann-Alaric • Sigmund • Rembrandt (et non pas Jean-Jacques, Zakhar)
→ ÂGE : Vingt-quatre ans.
→ PAPIERS : 13
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Kalininski
→ SITUATION : Riche et sans personne pour l'aider à dépenser. Mais sa famille est en train de lui préparer une jolie surprise. Oh oui, cela va lui plaire. Hum.
→ BOULOT : bon fils à papa



MessageSujet: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 20:17


Anastase-Berlioz Esterházy zu Galántha
NOM : Un nom long, porteur d’une vie lourde de guerres de sang et d’influence. Swann est l’un des enfants d’un couple princier d’Autriche et a hérité, par leur sang et reconnaissance, de leur nom et titre – même si ce dernier n’a plus qu’une valeur morale. Esterházy zu Galántha ; ceux qui portent ces lettres sont de sa famille et se doivent d’être immensément riches et blancs comme le col de leurs chemises. Parce que non, être sous le joug d’un nom prestigieux n’est pas juste synonyme d’abondance et de luxe. C’est aussi être soumis au regard perçant de toute une société, qui n’attend qu’un faux pas pour vous taper de leurs cannes et ombrelles dans les tibias. Etre Fürst, être Prince est incarner une image de droiture orgueilleuse. Mais contrairement à ses parents, Swann trouve embarrassant quant à lui on s’adresse par les formules usagères Durchlaucht (Altesse sérénissime) ou Fürstliche Gnaden (Sa Grâce princière). Sa pudeur d’homme poli fait qu’il préfère un simple monsieur, si ce n’est rien. Vous pouvez vous contenter d’un simple et esseulé Esterházy que Swann ne s’en sentirait pas offensé. D’ailleurs, est à remarquer qu’il signe Esterházy-Galántha, ayant décidé de se séparer de la particule noble qui caractérisait trop visiblement à son goût le statut de sa famille. Mais ne tentez pas cela face au père, qui tient au respect de ses ancêtres et donc, de la complétude de leur nom. Un nom, c’est toute l’histoire d’une lignée. Toute son existence, résumée en quelques syllabes.

PRÉNOMS : A avoir tant de prénoms qui chacun ont leur utilité, on se demande comment le jeune homme n’a pas encore subi la déconvenue de troubles de la personnalité. Le premier est Anastase, qu’il présente quand la main de patrons ou partenaires il serre de façon assurée. C’est le nom de l’homme d’affaires, au regard perçant et à la poigne de fer. Un nom qui lui a été donné par sa grand-mère paternelle avec l’accord de son mari, elle-même forte tête. On dit d’Anastase qu’il est souriant, mais sévère comme un cerbère. Néanmoins, cela est adouci par son suivant, qui normalement lui est accolé d’un tiret : Berlioz. Le nom d’un musicien qui devint le favori, avec le temps, de celui qui porte à présent ces lettres comme prénom, par la grâce de ses grands-parents maternels. Ces derniers souhaitaient lui transmettre un peu de leur culture, étant tous deux violonistes accomplis (c’est dans la fausse d’un orchestre qu’ils se sont pour la première fois embrassés). Ce second est celui que ses partenaires professionnels osent utiliser, une fois ont-ils réussi à voir derrière la rigidité d’Anastase le génie de Berlioz. C’est aussi celui des étrangers, des âmes de passage. Calé sur la même présentation qu’Anastase-Berlioz, vient Swann-Alaric. Alaric, prénom choisi par son père, qui le plaça en seconde position par galanterie envers son épouse. Un prénom fort, qu’on peut traduire par « le gouverneur de tous ». Un père qui prévoyait déjà un avenir triomphant pour son premier fils. Un prénom que le paternel aime utiliser, que ce soit pour féliciter, réprimander ou plaindre son enfant. Ou, juste, par envie. Néanmoins, celui qu’on retient le plus est Swann. Attribué à l’enfant par une mère aimant la littérature, surtout la littérature française. En particulier, Proust. Juste, en le nommant ainsi, espérait-t-elle qu’il serait plus heureux en amour que le fictionnel Swann (et un peu moins jaloux, aussi). Néanmoins, la douceur de ce prénom, issue du cygne qui en est l’origine sémantique fait que parmi sa famille et ses plus proches amis, Swann a toujours prévalût sur les autres prénoms du jeune autrichien. C’est qu’aux yeux de ceux qui l’aiment, c’est un individu gracieux et charmant, attentif à chacun et chacune. Un noble cygne, à l’apparence fragile et timide. Mais beaucoup savent, sans vouloir se l’avouer, qu’il existe sous cette blancheur délicate un oiseau noir – car le cygne a toujours été un symbole double. Mais n’osez pas l’appeler ainsi sans être quelqu’un de cher à son cœur aimant, non. L’appeler Swann est un privilège, qui peut être acquis mais aussi… enlevé. Ne reste que deux prénoms. Le premier des derniers, Sigmund, a été choisi par ses parrains – un couple très ami des parents de Swann, qui ont exercé en un cabinet commun le métier de psychologues. L’autrichien ne les aime pas beaucoup car à chaque fois qu’il les croise, le damoiseau a l’impression qu’ils cherchent à disséquer son esprit ; ce qui lui est très désagréable. Et, par la force de cette animosité, Sigmund est devenu le prénom duquel on le taquine, ou qu’on crie quand son comportement sort du droit chemin. Parce qu’on oserait utiliser Swann, prénom si précieux, à des fins désagréables. Mais cela doit rester secret des deux psychologues. Cela doit rester une anecdote familiale. Et enfin, Rembrandt. Rembrandt, le prénom du jumeau de Swann. Celui qui n’est jamais né, celui qui n’est pas sorti du ventre de leur mère. Mais qui est sorti de la chair de Swann, sous la forme d’une tumeur à ses huit ans ans. Il l’avait absorbé in utero. Cela bouleversa le jeune esprit du châtain, qui demanda à ses parents de nommer ce frère qu’il avait mangé et de lui transmettre le prénom choisi. Pour garder une trace de l’autre. Un autre que parfois il aime à incarner. Un pseudonyme, une identité nocturne. Jamais ne le dévoile-t-il à la clarté du jour.

ÂGE : L’autrichien a vingt-quatre ans. Vingt-quatre ans, c’est jeune pour être déjà un grand patron. Ce qui fait qu’on ne le prend pas toujours au sérieux, le forçant à se montrer dur comme de l’acier lors de négociations. Mais c’est aussi un très bel âge. Swann a encore la fougue et l’espoir de la jeunesse, tout en commençant à gagner la sagesse caractéristique des seniors. Mais ce n’est pas pour autant que le damoiseau se prend pour quelqu’un d’important, non. Celui qu’on respecte, au travers de son corps, est son père. Le jeune homme est bien conscient de cela. Et quand il est seul dans son bureau, il aime s’improviser une partie de golf avec une balle de papier, une tasse et un balai. Ou, il se créé un clavier de piano de quelques coups de crayons sur trois ou quatre feuilles blanches et s’en imagine les sons, quand ses doigts frappent cette mascarade d’instrument. Parfois, une ballade murmurée lui échappe. Vingt-quatre ans, un âge où on est trop vieux pour être un enfant, mais encore trop jeune pour être un adulte.

LIEU DE NAISSANCE : Swann est né à Leoben (Autriche) le deux février, le chef-lieu de son importante famille. Swann espère bien un jour pouvoir y revenir. C’est là-bas que son enfance s’est écoulée, là-bas qu’est tout ce qu’il aime. Ses sœurs, ses frères. Ses parents, ses amis. Le club d’aviron qui fut pour lui une seconde maison et avec lequel il disputa et gagna de nombreuses manifestations sportives. Deux de ses compatriotes rameurs aujourd’hui s’entraînent pour les prochains jeux olympiques. C’est la ville qui le plus représente sa famille (son père y est maire, en plus d’y être l’homme d’affaire le plus important – ce qui est gênant lorsque la presse le fait remarquer). Une ville aux pavés propres, à la population enthousiaste et certaine de son futur. Même les prisonniers là-bas sont bien traités : la prison de Leoben, depuis sa construction, ne cesse d’attirer le regard des architectes et des offusqués. Une bâtisse moderne, de verre et de fer, où il fait mieux vivre que dans la vieille école de la ville. Mais pour Swann, ce n’est pas une folie, non. C’est la marque d’une ville, d’une société, qui juge que personne ne devrait être humilié en étant parqué par huit dans une chambre conçue pour quatre. Sa mère pense de même ; et avec l’unique aînée de Swann (qui n’est toujours pas mariée) les soirs de grand froid elle aide le secours populaire. Oui, Swann est né dans un coin bien tranquille, dans l’enceinte du château familial, où tout autour poussent fleurs et arbres fruitiers. Et de la ville de Leoben il n’a gardé qu’un doux souvenir, qui se heurte à la dure réalité qu’est pour lui Saint-Pétersbourg.

STATUT : Son célibat n’est pas un choix. Rarement, au cours de sa vie, Swann a été sans une femme à ses côtés. Nouveau-né, il faisait déjà tomber les cœurs des dames. Même, certaines disaient à sa mère qu’elle devrait le proposer à quelques entreprises de mode pour qu’il pose pour des marques enfantines. Parce qu’un minois pareil, rien ne devrait pouvoir lui résister. En maternelle, il avait des amoureuses. En primaire, Swann s’amusait à plaire à toutes les jeunes filles de sa classe. Mais quand cette incroyable beauté lui apparut, l’autrichien décida de mettre de côté ses tendances courtisanes. C’était Olga, la jeune femme avec laquelle il pensait, il n’y a pas encore si longtemps, se marier et former une famille. C’était Olga, qui alors qu’ils avaient treize ans, lui écrit un petit mot et le lui fit passer au travers de la classe. « Et si on était plus qu’amis ? » C’était Olga, la fille qu’il fit devenir femme et qui le fit devenir homme lors de l’année de leurs quatorze ans. C’était Olga, qui il y a peu de temps, brisa leurs fiançailles et le fit quitter les rails qu’on avait tracé pour lui. Et maintenant, Swann a repris ses habitudes de jeunesse. Séduire, conquérir. Y en aura-t-il une seconde ? Une seconde, qui lui fera de nouveau mettre de côté son inclinaison au charnel. Ses parents l’espèrent beaucoup. Sa mère a peur du sida et son père du scandale. Alors, eux, feront tout pour qu’il y ait une seconde. Une seconde, qui restera. Qui lui fera oublier sa déconvenue. Qui lui fera oublier Olga, ses boucles blondes et son regard azur.

ORIENTATION SEXUELLE : Swann est réputé pour être hétérosexuel et son comportement le prouve. Qu’il se retourne pour suivre des yeux une silhouette féminine n’est pas rare et quand assez de confiance le gagne, un sifflement machiste peut lui échapper. Il lui est, certes, arrivé d’avoir quelques attirances pour des êtres masculins. Mais ceux-là restent rares et ne font pas naître en lui, à proprement parler, du désir sexuel. Il est vrai que Swann et Karl, son ancien meilleur ami, étaient très proches. Plus d’une fois se sont-ils pris dans leurs bras, embrassés. Parfois sont-ils allés un peu plus loin, mais jamais suffisamment pour qu’on dise que l’un ou l’autre soit homosexuel ou bisexuel. Qui plus est, Swann était à ce moment de sa vie uni avec Olga et jugeait que sa relation avec Karl ne remettait aucunement en cause leur amour. Quant à Karl, s’il n’avait pas de petite amie, ce n’était pas pour autant qu’aucune gazelle ne dormait sous ses draps. Et à part son frère et Swann, aucun masculin n’eut jamais le droit de dormir sur le même matelas que sa personne. D’ailleurs, depuis Karl, le princier autrichien n’a jamais recroisé un mâle qui le fasse trembler. Peut-être a-t-il fini de chercher quelle est sa sexualité.

ÉTUDES / EMPLOI : réponse; J'AIME PAS: réponse;

J'AIME : Le poisson et les légumes crus • la Piña Colada et le lait à la fraise • les ananas et les pêches • les femmes qui portent de beaux sous-vêtements • les costumes sur mesure • les livres de science-fiction • l’art urbain, moderne, contemporain, brut • peindre avec ses doigts • sculpter et modeler • jouer du piano avec son père • faire danser sa mère • chanter des vieilles mélodies oubliées de tous • les parties de rugby de ou football improvisées • le billard • le golf • se battre • le moto-cross • les sports nautiques et aquatiques • démonter et remonter divers objets • qu’on use de superlatifs pour le qualifier • prendre soin de lui • qu’on prenne soin de lui • les soirées entre amis • sa famille • les ballades dans les champs • crapahuter là où il ne faut pas • la cuisine thaïlandaise et vietnamienne • Queen • le Doo Woop • la sobriété.

CONFRÉRIE : réponse; CRÉDIT BANNIÈRE : aƒmtgn.



COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM : En sautant de partenariats en partenariats si je me souviens bien. o/ PSEUDO : aƒmtgn. ÂGE : Dix-neuf ans, mais cela change vous savez. PRÉSENCE : 7/7, mais cela ne veux pas dire que je rp tous les jours. Ce dernier point dépendra de mon emploi du temps et de mon envie. SUR TON AVATAR : Bastiaan Van Gaalen. TON PERSO C'EST : Basé sur le scénario de la gracieuse Alaska R. Stones. CODE DU RÈGLEMENT : o/ UN PETIT COMMENTAIRE : Aimons-nous jusqu'à la fin des temps !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Berlioz E. Galántha »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Anastase-Berlioz • Swann-Alaric • Sigmund • Rembrandt (et non pas Jean-Jacques, Zakhar)
→ ÂGE : Vingt-quatre ans.
→ PAPIERS : 13
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Kalininski
→ SITUATION : Riche et sans personne pour l'aider à dépenser. Mais sa famille est en train de lui préparer une jolie surprise. Oh oui, cela va lui plaire. Hum.
→ BOULOT : bon fils à papa



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 20:17




Taking picture of you :

Swann possède une personnalité vaste, ce qui lui permet de s’adapter aux différentes vies qui se meuvent au sein de son existence. Ceux qui ont le malheur que de devoir travailler avec l’autrichien le dépeignent comme un être austère et quelque peu timide. Une timidité violente, qui repousse les intrus et non pas qui se laisse marcher sur les pieds. Ce que souvent on confond avec de la peur. Parce que le monde de l’industrie lui est encore inconnu, parce qu’il n’en saisit pas encore tous les rouages et tous les vices, l’autrichien a tendance à se méfier de chacun qui y vit. Lors de ses premiers mois, profitant de sa candeur, certains n’ont pas hésité à lui jouer quelques mauvais tours. De cela Swann en a tiré de nombreuses leçons et les as mises à profit. Aujourd’hui, le jeune homme est considéré comme une des étoiles ascendante de l’économie mondiale. Rien ne le freine. Les menaces, les détournements… tant que cela ne laisse aucune trace, Anastase veut bien. Il s’est bien éloigné, en si peu de temps, de la figure sans tâche de son père ! C’est que la Russie et l’Autriche n’ont pas grand-chose en commun et que le mignon a dû malgré les hurlements de sa conscience s’adapter à son nouveau cadre de vie. Devenir un être froid, au sourire de goupil et aux manières de vautour. Serrez-lui la main, il vous l’arrache. Proposez-lui un contrat, dessus il rajoute une clause au contenu méphistophélique. Se méprendre sur sa personnalité, le croire fragile, c’est tomber dans un piège où les plus malheureux s’empalent et se vident de leur substance. Et à votre sang il mélangera ses céréales, satisfait de vous avoir dupé. On a appris à se méfier de lui rapidement, vous vous en doutez. Pourtant, qu’il semble innocent. Ses pommettes qui rougissent quand on lui fait un compliment, son regard fuyant quand on le fixe trop longtemps. Mais derrière cette apparente crainte qui n’a pas sa place dans le monde des banques et usines se trouve une bête vengeresse. Peut-être que s’ils n’avaient pas tenté de l’écraser à son arrivée, Swann aurait développé une meilleure personnalité. Peut-être qu’il aurait montré un peu plus d’humanité et un peu moins de bestialité. Ou pas. Le pouvoir le grise, le change. Se savoir si influent, au-dessus même de tous ces vieux malfrats du pétrole et de l’or, fait souvent en Swann monter l’envie d’en écraser encore plus. Un passe-temps bien plus intéressant que la simple paperasse administrative, qui l’ennuie à lui donner des insomnies. Probablement que derrière sa haine pour ses collègues, il y a un peu de cette morose lassitude qu’ont les gens qui n’aiment pas leur métier. Il hait tout ce qui se rattache à son travail. Les choses, les gens. Il abhorre son rôle de président. Cela lui convient si peu. Pour preuve, Swann est obligé de se créer un masque pour occuper la place qui lui incombe.

Parce que quand on fouille un peu plus loin en son cœur, on tombe vite sur la figure d’un jeune adulte qui pense à tout autre chose que le profit et l’efficacité. Swann est jeune, Swann veut vivre. Swann veut s’amuser et non pas rester derrière un grand bureau, vous savez. Swann n’a que vingt-quatre ans et plus d’énergie qu’il en faudrait. Une énergie qui, si le soir venue n’est pas épuisée par son labeur journalier, lui sert à mettre en scène sa créativité. Il y a des gens qui, on croirait, produisent au sein-même se leurs cellules du LSD, de l’héroïne, de la cocaïne… de la drogue. Le jeune homme en fait partie. Il a toujours cette pudeur maladroite doublée d’une personnalité bagarreuse, mais n’est plus question de loup vorace qui ne cherche qu’à vous dépouiller de vos richesses. Peut-être une pointe d’envie de temps en temps, la jalousie n’est pas un sentiment qui lui est inconnu. Mais avec un compte en banque comme le sien, ce qu’on désire, on peut facilement le posséder d’un claquement de doigts. Cela n’est toutefois pas un fait satisfaisant pour Swann, qui a fini par se détacher de toutes choses matérielles. Dans le désir, il y a l’attente de la chose désirée. Une attente qui fait grimper la tension et vous rend tellement heureux quand enfin vous tenez entre vos mains l’objet que vous convoitiez. Hélas pour lui, Swann a appris à tout posséder sans avoir à attendre. Les beaux vêtements, les dernières modes… tout ce qui peut être acheté par quelques billets, l’autrichien s’en détourne progressivement. Cela ne l’allèche plus. Il n’y a qu’à regarder son appartement pour s’en persuader. Son salon n’est que courbes simples, épurées. Vous ne croiserez pas de mobilier digne d’un grand musée. Des objets personnels et non pas choisis pour refléter son rang social. Un lieu fait pour vivre et non pas exposer, un cocon débordant de livres, où trainent des tubes de peinture et morceaux de fer. Une odeur de colophane plane d’ans l’air. Parce que derrière l’homme d’affaire, se cache un artiste aux dons multiples. Si sa richesse lui a permis une chose, c’est bien d’ouvrir ses horizons et de ne jamais être freiné par le manque de moyens. De la volonté, c’est tout ce que cela a demandé à Swann. Peintre contemporain qui depuis peu s’essaye à la sculpture, qui se fiche d’avoir les mains sales quand l’envie de pianoter ou bouquiner le prend. Qui chante et danse seul, aime composer des haïkus et déteste faire la cuisine. Qui est malade en voiture alors préfère se déplacer sur son vieux skate, qui semble avoir fait la guerre. Sur la planche, est représentée une femme nue. La noblesse se caractérise souvent par une éducation au-dessus de la norme, et Swann en est un exemple parfait. Mais sur ce point, uniquement. Parce que l’autrichien s’ennuie et se lasse rapidement, il a développé de drôles de passe-temps, qui sortent du cadre des bien-pensants. Amoureux du danger, Swann est connu pour ses prouesses en moto-cross, surtout en dehors des terrains prévus à cet effet… et c’est avec fierté qu’il possède une ceinture noire en karaté. Un fait qui souvent l’entraîne sur les chemins de la chicane et de la rixe. Swann adore se confronter à d’autres, en des épreuves de force brute. Heureusement, l’âge lui fait prendre conscience de la puérilité apparente de son comportement, mais cela ne suffit pas toujours à freiner ses envies viriles. Swann a le sang chaud.

Cela a été toujours le cas et sa position de premier mâle au sein de sa fratrie n’a fait que renforcer ce fait. C’est lui qui menaçait ceux qui osaient s’en prendre à sa famille, lui qui allait venger l’honneur de ses sœurs de ses poings. Des poings qui frappent fort, de ses poings qui frappent bien. Il est toujours surprenant de voir Swann, sage et réservé, se transformer en une bête de combat qu’une seule chose peut freiner : le ton ferme de quelqu’un qu’il aime. Et cela n’est pas forcément sa dernière conquête. N’imaginez pas, parce que vous l’avez un jour embrassé, que vous pouvez le contrôler. Parce que oui, en plus d’être pugnace, Swann aime emballer les filles. Ceci ne veut pas forcément dire coucher avec tout ce qui le veut bien. C’est séduire, se faire aimer. Le but de Swann n’est pas de faire passer chaque paire de talons qui croise ses pas dans son lit, mais plutôt de se rassurer. L’autrichien a un insatiable besoin que d’être admiré, adoré. Toujours sa famille lui fait des compliments, mais cela semble ne jamais suffire. Swann a une peur étrange que d’être rejeté. Il n’y a rien, pour lui, de plus blessant que le refus ou l’ignorance de sa personne. Le damoiseau a besoin de briller par ce qu’il est. D’être le meilleur, l’unique. Une dégénérescence de caractère, accentuée par les poids qui reposent sur ses épaules. Etre l’aîné est synonyme de responsabilités. Parce qu’il sera la tête de la famille quand son père sera trop vieux pour tenir une tasse de thé sans trembler. Parce qu’il faudra qu’il supporte tous ses frères et sœurs, qu’il conseille ses cousins et hérite de l’empire financier familial. Il devra prendre de grandes décisions. Non, sa place n’a rien de réjouissant. L’angoisse que cela fait naître en sa gorge le pousse à rechercher l’accord des siens à chacun de ses gestes. Et quand il sait qu’il a mal agi, ou quand il a besoin d’être rassuré, Swann s’estropie. Déjà a-t-il failli perdre la vue en se mettant de la javel sur les globes oculaires, ou menacé de rendre l’âme suite à s’être de façon voulue cogné la tempe contre le coin d’un plan en marbre de la cuisine. Une façon de se mutiler plus discrète que se découper les bras. Casser un miroir et ramasser les morceaux à main nues, manger un yaourt poilu tant il est moisi, prendre un crayon et le faire déraper sur sa gencive… de petits accidents qui veulent simplement dire « regardez-moi ». Regardez-moi, papa et maman. Dites-moi que vous m’aimez.

Le jeune homme est très attaché à sa famille. Toujours a-t-il été très proche de ses parents. Ces derniers, parce que Swann ne cessait d’être impliqué dans des situations plus catastrophiques les unes que les autres, ont toujours veillé sur sa santé, ses fréquentations et loisirs. Cela les a amenés à partager beaucoup d’expériences avec leur fils aîné qui, contrairement à d’autres enfants, ne les as jamais détestés pour les protections qu’autour de sa personne ils dressaient. C’est son père qui lui apprit à tenir sur un vélo, qui lui apprit ce qui fait plaisir aux filles. C’est sa mère qui l’encouragea à apprendre à nager, en barbotant avec lui dans la piscine de leur résidence principale. Qui lui lisait des histoires le soir ou lui montra comment danse-t-on le rock. Et non pas un voisin ou un valet. Une famille soudée, aimante. Swann n’eut jamais honte d’embrasser les joues de sa mère devant ses amis, ou de dire à son père qu’il l’adorait. C’est pour leur plaire que Swann apprit à jouer du piano. Pour pouvoir jouer des partitions à quatre mains avec son père. C’est pour chanter son amour à sa mère qu’il passa six ans de sa vie à, deux fois par semaine, aller voir madame Metzger, la vieille professeure de chant qui sent comme sa vieille maison. Sans ces derniers, certainement que l’autrichien ne serait qu’un esprit agressif, tiraillé entre l’embarras et l’orgueil.

Au fond de ses entrailles, Swann n’a rien de l’intellectuel que certains pensent qu’il est. Il est vrai que sa culture témoigne d’une bibliothèque bien remplie, mais si ses parents ne l’avaient pas poussé vers la lecture, jamais il n’aurait ouvert La Mort et le Temps de Levinas ou Phénoménologie de la perception de Merleau-Ponty. Cela a malgré tout fini par former son esprit, et encore aujourd’hui il lui arrive de s’installer confortablement dans un canapé pour feuilleter un bouquin aux feuilles jaunies qui sentent bon le champignon. Swann chérit de façon vive les livres mélangeant science-fiction et érotisme, aussi si vous avez quelque chose de ce genre chez vous, n’hésitez pas à vous en débarrasser en lui en faisant cadeau. Etrangement, la sexualité des extra-terrestres l’a toujours passionné, tout comme celle des méduses. Est à savoir que le mignon possède chez lui un aquarium gigantesque, qui fait tout un mur de sa chambre et dans lequel flottent lascivement quelques gelées de mer. Il les adore, de la même façon ses carpes koi qui elles, évoluent dans un aquarium placé… dans la cheminée de son salon. C’est que Swann et le milieu aquatique, c’est une grande histoire d’amour. S’il a pratiqué de façon intensive l’aviron, ses nombreuses escapades exotiques avec sa famille lui ont permis quelques riches expériences. Nager avec des requins, naviguer au milieu des alligators, sombrer à la découverte de vieilles épaves dans les eaux froides du grand nord, apprendre à surfer et à faire du ski nautique sur les plus belles plages de la planète… rien ne lui fait plus plaisir que plonger dans des eaux naturelles. Aujourd’hui, pour se détendre après une difficile semaine, l’autrichien aime aller faire quelques longueurs. Et non pas ouvrir un vieux livre de philosophie ou aller à l’opéra. Peindre, quand l’envie l’en prend, de temps en temps. Mais pas aller au musée. Ce qui l’intéresse, c’est la propre expression de son corps et de son esprit, non pas celle de vieux artistes déjà réduits à l’état de poussière. Non pas qu’il se contrefiche de ce qu’ils ont apporté à l’humanité. Swann respecte quiconque a contribué à la société humaine, mais se respecte encore plus lui-même.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Berlioz E. Galántha »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Anastase-Berlioz • Swann-Alaric • Sigmund • Rembrandt (et non pas Jean-Jacques, Zakhar)
→ ÂGE : Vingt-quatre ans.
→ PAPIERS : 13
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Kalininski
→ SITUATION : Riche et sans personne pour l'aider à dépenser. Mais sa famille est en train de lui préparer une jolie surprise. Oh oui, cela va lui plaire. Hum.
→ BOULOT : bon fils à papa



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 20:17




The pursuit of happiness :

Le soleil brûlait leurs peaux, même au travers de l’épais feuillage sous lequel ils s’étaient abrités. D’une main tremblante, Swann saisit une branche d’arbre qui jonchait le sol. Ses doigts parcoururent le bois mort, arrachant les brindilles sans feuilles qui y étaient attachées. Un morceau sans vie, sec. Comme ce milieu d’été, qui jaunissait les fines herbes des clairières. Karl faisait aller et venir ses fins pieds dans l’eau claire, qui s’écoulait en une profonde rivière, léchant les bords de la lourde pierre sur laquelle ils s’étaient juchés, pour profiter de leurs derniers jours de vacances. Ses cheveux bruns, alourdis d’eau, lui collaient aux tempes. Pour la première fois de son existence, Swann se sentit inférieur à son ami. Son visage constellé de rousseur renforçait la candeur de ses grands yeux marins, soulignés par la longueur de ses cils noirs. Ses épaules étaient larges et, à chacun de ses mouvements, glissait sous sa peau ses muscles gonflés par sa pratique sportive, intensive. D’une majesté qui surpassait Swann et la cachectique de son corps. Certes, les notes de Karl n’étaient pas aussi bonnes que celles de son confident, auquel il demandait souvent de l’aide. Surtout en philosophie ou en latin. Et pour tout remerciement, Swann avait le droit au sourire rayonnant du brun au physique charmeur. Parfois, d’être pris dans ses bras forts. Un baiser au creux de son fin cou. Alors Swann laissait sa paume remonter sur l’épaule de son ami, la glissant sous son vêtement, timidement. Et toujours, profitant de cette hagarde invitation, Karl allait chercher les lèvres du châtain. Ils riaient de leur hardiesse. Riaient pour cacher leur trouble, leur incompréhension. « Merci, Swann. » « De rien, Karl. » Deux hommes, incapables de définir si c’était l’amitié ou l’amour qui les reliaient. Ils allaient trop loin pour l’un et pas assez pour l’autre. La barrière s’était encore plus troublée depuis juin, quand alors, tous trois avaient décidés de partir sur les routes pour les vacances. Swann, Karl et Olga. Au début, Swann tenait contre lui Olga. Puis, la pudeur s’effaçant, Swann tenait contre lui Olga de sa seconde main serrait les doigts de Karl. Puis, ils finirent par passer tous deux leurs poignets sur les hanches de la demoiselle, se contentant de sentir leurs avant-bras se superposer l’un l’autre, contre les reins cambrés de leur blonde amie. Rapidement, Karl prit l’habitude de glisser sa main dans une poche arrière d’Olga, qui se contenta la première fois de sourire, sourcils froncés. Quelque peu inquiète. Puis, quand elle remarqua que cela ne semblait pas gêner Swann, elle ne s’en formalisa plus. Un jour qu’elle était en jupe, c’est dans sa culotte qu’il l’a glissa. Il eut le droit à un coup de pied dans le tibia et Olga rougit. Cela fit ricaner Swann, avec qui Olga était bien moins prude. Elle aimait lui envoyer des photographies érotiques, de ses seins pointant bravement ou de sa bouche humide.

Ils partirent en excursion autour de leur location de vacances et découvrirent une petite crique. Olga fût la première à se dévêtir sous le regard affamé des deux damoiseaux, pour goûter à la fraîcheur de l’eau. Karl la suivit et, Swann, entraîné par ses deux compères et son amour de l’eau, n’hésita pas bien longtemps, surmontant sa peur d’être surpris par d’autres randonneurs. Tout son corps frémit et sa peau devint pareille à celle d’une poule plumée, au contact du clapotis glacial. Pour se réchauffer et cesser de claquer des dents, ils firent quelques longueurs. Mais cela n’amusait pas du tout Olga, bien moins bonne nageur que les deux hommes. Karl se moqua d’elle, parce que son mascara coulait et lui faisait un regard de panda triste. Elle l’éclaboussa, rageuse. Il lui répondit, l’attaquant de multiples gouttelettes. « Swann ! » appela-t-elle, cherchant le réconfort d’un corps qu’elle connaissait. Et Swann la prit dans ses bras, présentant son dos à Karl, qui cessa son jeu. « Swann. » « Olga. » Sentir sa chair nue contre la sienne lui donna envie de l’embrasser, aussi le fit-il. Les mains de la demoiselle saisirent son visage émacié, un gémissement lui échappa. « Swann, j’ai envie de toi. » Le langage cru d’une fleur au parfum entêtant. Karl, de quelque brasses rejoint les inséparables et vint coller son museau à leurs joues qui se faisaient face. « Et moi donc. » Trois mots, qui certainement n’étaient qu’une plaisanterie. Le fils au futur doré tourna légèrement son visage et lécha le brun, du menton jusqu’à la pommette, passant par la commissure de ses lèvres replètes. Un éclair dans le regard de Karl, qui entraîna Swann sous les remous transparents. Une main saisit le cheville d’Olga, d’autres agrippèrent le haut de ses cuisses. Elle crût sentir une bouche frôler son intimité.

Ce soir-là, tous trois dormirent ensemble et Olga n’eut plus aucune gêne face aux gestes déplacés de Karl. Tous deux s’entendaient bien et Swann s’en félicitait ; il avait eu peur, en planifiant ces vacances, que ces deux êtres si chers à son esprit et corps, ne puissent s’entendre. Il est vrai qu’ils s’étaient déjà croisés par le passé, mais n’étaient jamais restés en compagnie de l’un et de l’autre plus de quelques heures. Or, les excursions sauvages, où on vit ensemble, presque s’entremêlant, sont connues pour attiser tous les sentiments. Les amis qui s’appréciaient deviennent des couples, les pôles opposés d’un groupe en viennent aux mains. Les amants se séparent, les inconnus se rapprochent.

Swann aurait aimé enfoncer le bout de bois dans la nuque de Karl et voir jaillir son sang, avec autant de vigueur que ce dernier la nuit précédente avait joui entre les cuisses de son amie. Il les avait entendus. Ces soupirs, ces halètements. Leurs voix. Les regards timides d’Olga le lendemain matin, le rictus innocent de Karl. Olga qui n’adressa la parole à Swann qu’une fois ce jour-ci. « Où est Karl ? » Il mentit, disant qu’il n’en savait rien et s’enfonça entres les hêtres et chênes, rejoignant le cour d’eau où son compagnon était parti attiédir son sang, qu’il croyait prêt à s’évaporer tant la chaleur était insoutenable. Le châtain cassa en deux la branche, créant de par une cassure irrégulière des milliers de piques, d’aiguilles de bois. Parce qu’il se sentait en sécurité auprès du riche autrichien, le brun ne se retourna pas, ne se doutant pas des sentiments qui tordaient les boyaux de Swann. L’amant délaissé lâcha un des morceaux de la branche, positionna ses deux mains, aux jointures blanchies par la pression, autour de la circonférence de cette arme improvisée.

« Je suis amoureux » dit Karl, poignardant l’être sensible qu’était son tendre et délicieux compère. « D’Olga. » Il se retourna. Toujours ces dents blanches, parfaitement alignées, dévoilées en un sourire d’agneau. « Encore un point commun entre nous deux, Swann. » Et cela le rendait encore plus heureux. Ses yeux se rétrécirent, en une expression de complaisance. Et parce qu’ils avaient toujours tout partagé, Karl ne se douta pas que Swann aurait préféré garder la sublime pour lui seul. Poignardé, piétiné, crucifié. Douleur. Un sourire, voilà ce que fut la mensongère réponse de l’oiseau dont le plumage lumineux crut se ternir.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Noam S. Prescott »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Noam Sacha Prescott
→ ÂGE : 22 ans
→ PAPIERS : 304
→ LIEU DE RÉSIDENCE : primorski
→ SITUATION : plus ou moins en couple
→ BOULOT : Travaille dans le bar du père de Félix à côté de ses études de business & management.



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 20:43

Bienvenue par ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Zakhar M. Levine »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Zakhar Maksim Levine.
→ ÂGE : 22 ans.
→ PAPIERS : 528
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Vassilievski, le squat.
→ SITUATION : en relation libre avec ma main droite.
→ BOULOT : boss d'une multinationale de dealers. 8D



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 20:48

BIENVENUUUUE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

IDENTITY CARD

« Invité »



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 20:58

Zak

Bref, ton pseudo est incroyablement . Ton style est à se rouler par terre, je suis amoureuse **. J'ai hâte de lire la suite

Bienvenue, officiellement, et bonne chance pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

avatar
IDENTITY CARD

« Zakhar M. Levine »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Zakhar Maksim Levine.
→ ÂGE : 22 ans.
→ PAPIERS : 528
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Vassilievski, le squat.
→ SITUATION : en relation libre avec ma main droite.
→ BOULOT : boss d'une multinationale de dealers. 8D



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 21:04

Ça m'a fait trop plaisir de poster avant toi, j'ai jubilé
Et je plussoie la catin, j'ai hâte de lire la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Ritsuka S. Miyazaki »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Ritsuka Seiichi Miyazaki
→ ÂGE : 19 ans
→ PAPIERS : 70
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Moskovski
→ SITUATION : Gay célibataire .
→ BOULOT : Chanteur de bar



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 21:30

    Je plussoir Miss Catin aussi

    Welc' here charmante créature
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

IDENTITY CARD

« Invité »



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 21:35

Zak ; . T'es nul.

Et tous les deux, je vous embête mais à un point !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
IDENTITY CARD

« Berlioz E. Galántha »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Anastase-Berlioz • Swann-Alaric • Sigmund • Rembrandt (et non pas Jean-Jacques, Zakhar)
→ ÂGE : Vingt-quatre ans.
→ PAPIERS : 13
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Kalininski
→ SITUATION : Riche et sans personne pour l'aider à dépenser. Mais sa famille est en train de lui préparer une jolie surprise. Oh oui, cela va lui plaire. Hum.
→ BOULOT : bon fils à papa



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 21:52

Merci pour votre accueil. \o/

Je sais que vous êtes heureux que quelqu'un rejoigne la secte que vous êtes, mais pas besoin de me violer pour autant *s'éloigne de Noam précautionneusement* Et si vous me faites du mal, j'irai me plaindre en pleurant à ma maîtresse *rampe s'agenouiller auprès d'Alaska*. Mon pseudonyme changera encore légèrement, mais c'est un détail minime. Je pense qu'il te plaira tout autant (c'est juste la présentation qui changera). \o/ Content que le début plaise et j'espère, Alaska, que tu aimeras le personnage autant que tu aimes le style dans lequel il est décrit. ce serait un comble que ton scénario te débecte. n.n' Et la suite arrive. =D

Merci bien bonbon acidulé. \o/ (Oui, je parle bien de toi Ritsuka. Ton avatar me rappelle le temps ou j'utilisais Hideto Matsumoto *paix à son âme*. Que de nostalgie. Snif snif.)

Et ne faites pas trop de soucis à Alaska. Les soucis, cela donne des rides.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Ritsuka S. Miyazaki »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Ritsuka Seiichi Miyazaki
→ ÂGE : 19 ans
→ PAPIERS : 70
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Moskovski
→ SITUATION : Gay célibataire .
→ BOULOT : Chanteur de bar



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 21:54

    Oh Hideto bon choix d'avatar aussi !
    Hiii Bonbon acidulé, trop mignooon Va nous falloir un lien si tu commence les p'tits surnoms comma çaa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

IDENTITY CARD

« Invité »



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 21:59

**. Tu m'épouses quand ?

*lance des cailloux sur Noam*
Revenir en haut Aller en bas

avatar
IDENTITY CARD

« Aelis-Louange Beresford »
Féminin
→ NOMS COMPLETS : aelis-louange beresford
→ ÂGE : vingt deux ans
→ PAPIERS : 165
→ LIEU DE RÉSIDENCE : saturne
→ SITUATION : en relation libre avec canabis
→ BOULOT : uc



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 22:04

Ah il est bien sympa à regarder lui. Ohh BERLIOZ. ( c'était le deuxième prénom de Aelis au début, mais je l'ai enlever en fin de compte..... bref 3615malife off ). Ça c'est du super pseudo, dis donc. Bienvenue et bonne chance pour la suite de ta fiche. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Berlioz E. Galántha »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Anastase-Berlioz • Swann-Alaric • Sigmund • Rembrandt (et non pas Jean-Jacques, Zakhar)
→ ÂGE : Vingt-quatre ans.
→ PAPIERS : 13
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Kalininski
→ SITUATION : Riche et sans personne pour l'aider à dépenser. Mais sa famille est en train de lui préparer une jolie surprise. Oh oui, cela va lui plaire. Hum.
→ BOULOT : bon fils à papa



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 22:34

Ritsuka et Swann ont quelques points communs (aiment chanter, danser, prendre soin d'eux). Il y a de quoi tisser une corde entre eux, et pas question de revenir en arrière sur l'idée d'avoir un lien entre nos deux hurluberlus ou l'autrichien jette le japonais dans la Néva. UoU

Alaska ; Il faut que je finisse ma fiche, qu'on se débardasse de sa future fiancée (je propose de l'étrangler, de l'enterrer dans le jardin aux côtés de Noam et de les faire fêter cela par un dîner aux chandelles). Il faudra alors quelques tribulations, que les deux colombes se prouvent leur amour. Puis, qu'ils fassent quelques années de prison car aucun crime ne doit rester impuni. Une fois sorti, Swann devra faire sa demande en mariage dans un endroit romantique mais inattendu, comme un vieux cimetière au printemps. Et alors il faudra qu'Alaska dise oui et il l'emmènera pour la marier en son palais autrichien et ils s'envoleront pour leur lune de miel, en Alaska. Parce qu'il ne peut y avoir, pour Swann, plus belle terre que celle qui a inspiré le prénom de sa belle.
Et plus il prend de l'âge, plus il est à croquer. Il est vrai que Berlioz est un joli prénom. Je l'ai choisi du fait des Aristochats, il y a toujours une référence Disney dans mes personnages ces dernier temps... je crois que cela m'a bouffé le cerveau de façon définitive, les dessins animés. Merci pour ton message de bienvenue et tes encouragements. o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Judicaël V. Otrovski »
Féminin
→ NOMS COMPLETS : Judicaël Volodia Otrovski. (Ou Sacha Romanov, mais ça date.)
→ ÂGE : 20 ans.
→ PAPIERS : 477
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Vassilievski. Dans le squat, wesh.
→ SITUATION : En orgie sexuelle. Disons que mon lit n'est jamais vide, et pourtant mon coeur est pris par quelqu'un que je ne nommerai pas.
→ BOULOT : Oganisateur de raves, chef autoproclamé (mais pas tyran) du squat, et chieur à plein temps.



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 23:34

LE SCENARIO DE LA CATIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN *-*
Bienvenue ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Berlioz E. Galántha »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Anastase-Berlioz • Swann-Alaric • Sigmund • Rembrandt (et non pas Jean-Jacques, Zakhar)
→ ÂGE : Vingt-quatre ans.
→ PAPIERS : 13
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Kalininski
→ SITUATION : Riche et sans personne pour l'aider à dépenser. Mais sa famille est en train de lui préparer une jolie surprise. Oh oui, cela va lui plaire. Hum.
→ BOULOT : bon fils à papa



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Ven 9 Mar - 23:53

Je suis résumé à bien peu. x'D Mais je ne peux démentir être le scénario de la catin d'Alaska. Merci pour ton... viol de bienvenue. x'D

Stymest, Pleskun... il ne manque plus que Mohr. *u*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

IDENTITY CARD

« Invité »



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Sam 10 Mar - 4:05

Ça me va

Sauf la partie où il faut tuer Noam. Après, je jetterais mes cailloux à qui ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar
IDENTITY CARD

« Berlioz E. Galántha »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Anastase-Berlioz • Swann-Alaric • Sigmund • Rembrandt (et non pas Jean-Jacques, Zakhar)
→ ÂGE : Vingt-quatre ans.
→ PAPIERS : 13
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Kalininski
→ SITUATION : Riche et sans personne pour l'aider à dépenser. Mais sa famille est en train de lui préparer une jolie surprise. Oh oui, cela va lui plaire. Hum.
→ BOULOT : bon fils à papa



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Sam 10 Mar - 4:21

A Zakhar. Venge-moi, il m'a traité de Jean-Jacques, eh. UoU
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Roxanne M. Levine »
Féminin
→ NOMS COMPLETS : Roxanne May Levine
→ ÂGE : 23 ans
→ PAPIERS : 23
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Saint-Pétersbourg
→ SITUATION : Célibataire
→ BOULOT : infirmière & bénévole



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Sam 10 Mar - 8:21

Bienvenuue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Zakhar M. Levine »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Zakhar Maksim Levine.
→ ÂGE : 22 ans.
→ PAPIERS : 528
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Vassilievski, le squat.
→ SITUATION : en relation libre avec ma main droite.
→ BOULOT : boss d'une multinationale de dealers. 8D



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Sam 10 Mar - 11:34

Je me sens espionné d'un coup
C'est mignon Jean-Jacques !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Levannà A.T. Novacek-Levy »
Féminin
→ NOMS COMPLETS : Levannà Alice Thaïs Novacek-Levy - Mes parents ne pouvaient pas tomber d'accord entre le Russe et le Français... -
→ ÂGE : 21 ans
→ PAPIERS : 1090
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Moskovski
→ SITUATION : Célibataire
→ BOULOT : Travaille chez un photographe en développement de pellicules.



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Sam 10 Mar - 11:40

BIENVENUE CHEZ NOUS MAGNIFIQUE CRÉATURE ! I love you
Je vois que tu es en train de nous pondre une présentation à tomber par terre, Alaska a décroché le pactole !
Bonne continuation et n'hésite pas à nous le signaler lorsque tu auras terminé

_________________


Lili, take another walk out of your fake world, please put all the drugs out of your hand. You'll see that you can breath without not back up, some much stuff you got to understand. For every step in any walk, any town of any thaught, i'll be your guide. For every street of any scene, any place you've never been, i'll be your guide. Lili, easy as a kiss we'll find an answer, put all your fears back in the shade. Don't become a ghost without no colour, cause you're the best paint life ever made. - Aaron, U-turn (Lili)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://insidemysquat.1fr1.net
Invité

IDENTITY CARD

« Invité »



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Sam 10 Mar - 11:44

Nan mais les cailloux, c'est que pour Noam. À moins que t'acceptes de te prendre des cailloux sur la tronche
Revenir en haut Aller en bas

avatar
IDENTITY CARD

« Berlioz E. Galántha »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Anastase-Berlioz • Swann-Alaric • Sigmund • Rembrandt (et non pas Jean-Jacques, Zakhar)
→ ÂGE : Vingt-quatre ans.
→ PAPIERS : 13
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Kalininski
→ SITUATION : Riche et sans personne pour l'aider à dépenser. Mais sa famille est en train de lui préparer une jolie surprise. Oh oui, cela va lui plaire. Hum.
→ BOULOT : bon fils à papa



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Sam 10 Mar - 12:56

Merci Roxanne ! =) *ça y est, à la chanson de The Police dans la tête*

J'ai une déformation d'ancien admin, qui s'appelle "je vais lire les archives de la box quand il n'y a plus personne". xD Jean-Jacques ça fait genre "le vieux paysan random du coin". Je préfère Raoul., c'est tellement plus classieux. What a Face

Levannà ; on verra à la fin de ma fiche si elle est aussi bien que longue. :'D Merci pour ton accueil et très bon choix d'avatar, en passant.

Des cailloux ? J'accepte les baisers, mais pas les pierres. Je dois rester présentable. *sors* Tu as de drôles de façon de prouver ton attachement envers certains, je sens que je vais devoir me méfier. °-°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

IDENTITY CARD

« Invité »



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Sam 10 Mar - 13:05

. Tu m'as fais rêver là

Mais ... Mes cailloux sont très biens !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
IDENTITY CARD

« Lyudmila S. Al.-Derekieva »
Féminin
→ NOMS COMPLETS : Lyudmila Sasha Albin-Derekieva
→ ÂGE : 22 ans
→ PAPIERS : 96
→ LIEU DE RÉSIDENCE : UC
→ SITUATION : Célibataire
→ BOULOT : Pâtissière



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   Sam 10 Mar - 14:25

Tylton *sors*

Welcoome (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

IDENTITY CARD

« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC   

Revenir en haut Aller en bas
 

And now this pale swan in her watery nest begins the sad dirge of her certain ending. UC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
squat my mind :: LET'S PLAY A LOVE CHARACTER :: ❖ C'est l'histoire d'un mec...-