AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 come on, babe. w/kaytlin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
IDENTITY CARD

« Felix Smith-Thomson »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Felix Charlie Isidor Smith-Thomson Dmitriev
→ ÂGE : 21 ans
→ PAPIERS : 267
→ LIEU DE RÉSIDENCE : chez Mark
→ SITUATION : Célibataire
→ BOULOT : Barman



MessageSujet: come on, babe. w/kaytlin   Mar 31 Jan - 22:07



primorski arround, discothèque.

On s'étaient donnés rendez-vous à Kalininski arround, près du centre commercial. J'attendais sur le parking en face des boutiques, dans ma voiture, le chauffage à fond. Je repensais à notre coup de fil de la veille – j'aurai bien put lui éviter de sortir dans le froid pour me rejoindre - mais madame voulait marcher... Soit. Si la journée arrivait à sa fin, il n'en était pas de même pour nous. Ayant quelques jours de congés j'avais décidé d'en profiter pour sortir avec des amis. Mon premier choix s'était tourné vers Kaytlin. Je ne l'avais pas vu depuis des lustres et mine de rien, le fait de la chercher comme je le faisais à chaque fois que nous, nous croisions me manquer.

Il y avait bien quelque chose que nous avions en commun Maxence et moi. Nous aimions par dessus tout charmer les demoiselles et passer d'agréables moments en leur compagnie, du genre qui dépassait l'innocence. Si j'étais un coureur de jupons, je les respectais. Je ne pourrais jamais les considérer comme des vulgaires objets jetables après avoir obtenu ce que je voulais. Si je désirais qu'on me respecte, cela allait dans les deux sens. L'irrespect et le fait de traiter les femmes comme des morceaux de viandes étaient bien des choses qui m'irritais le plus !

Je restais les poignets appuyés contre le volant, le regard viré sur la route. Je regardais les voitures, la lumière de leur phare illuminant leur chemin. Je patientais comme je le pouvais finalement. Si j'étais parti en avance de chez Mark c'était tout simplement parce que j'en avais envie. Je n'avais pas particulièrement froid dans l'habitacle de ma voiture et ne pensais pas encore à quand j'allais sortir pour rejoindre Kay sur le parking. Il n'y avait pas beaucoup de voitures garées, beaucoup plus sur la route en train d'aller et venir sur les voies automobiles. Je jetais un coup d’œil à ma montre, il était vingt-deux heures et quart - elle ne devrait plus trop tarder à présent. Dès l'instant où j'allumais mon poste de radio, l'on toquait à la vitre de ma portière. Je sursautais comme un fou, la main crispée sur le volant... Je lui faisais un signe de la tête pour lui dire de monter. Je souriais. Quand Kay ouvrit la porte, je fus mine de rien parcouru d'un frisson. Il caillait grave, c'était ahurissant – oui je ne me faisais pas aux températures hivernales de la Russie même si étant né ici j'avais l'habitude. Au fond – ou à moins d'être masochiste sur les bords, ce n'était pas possible d'y prendre goût. Je préférais de loin tout ce qui était chaud, l'été si je devais choisir une saison. Je me penchais vers elle pour tendre ma joue et lui laisser à sa guise m'embrasser.
    – SALUT KAY ! dis-je en souriant. Mon pied sur l'accélérateur je roulais déjà pour sortir du parking et rejoindre Primorski arrond.


Nous y voilà enfin ! Je la débarrassais de son manteau et le tendais avec le mien au responsable. Puis, ma main agrippant la sienne je l'attirais avec moi dans le cœur de la boîte. La musique battait son plein et à peine arrivé avais-je envie de danser. Je me tournais vers Kay et me penchais vers elle pour diriger ma bouche vers son oreille et lui parler – ayant plus de chance pour qu'elle m'entende avec la musique assourdissante.
    – JE TE PAIES UN COUP OU TU VEUX DANSER ? Je la regardais avec insistance dans les yeux. Histoire de lui faire comprendre mon désir premier. Nous avions toujours le temps de boire – de danser aussi mais comme un caprice je ne pouvais l'ignorais.

Je lui adressais un grand sourire et l'attirais avec moi vers la piste de danse où bon nombre de fêtards avaient prit place. S'ils prenaient possession de la musique, nous le ferions aussi. D'un geste court et précis, je l'attirais contre moi, ma main se plaçant dans le bas de son dos pour me rapprocher d'elle. Une main restant dans la sienne.



© d'après modèle fiche de présentation, tous les droits reviennent à insidemysquat.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Kaytlin E.L Swann-Payne »
Féminin
→ NOMS COMPLETS : kaytlin elizabeth lula swann-payne.
→ ÂGE : 20 ans.
→ PAPIERS : 1076
→ LIEU DE RÉSIDENCE : primorski
→ SITUATION : en couple? amoureuse en tout cas.
→ BOULOT : je sers, joue et chante dans un bar du centre ville. j'ai arrêté mes études en journalisme parce que je suis allée en taule. j'aimerai bien vivre de ma passion, la musique



MessageSujet: Re: come on, babe. w/kaytlin   Dim 12 Fév - 22:40




    Je n’avais pas envie de passer ma soirée seule dans mon petit appartement. Je m’étais occupée du service du soir hier, j’avais donc ma soirée aujourd’hui. Alors quand Felix m’a appelé hier pour me demander si on pouvait se voir rapidement je n’ai pas hésité à lui proposé de passer la soirée du lendemain ensemble. Il avait immédiatement accepté. Emmerder quelqu’un me manquait. Et il était le seul que je pouvais emmerder à souhait puisqu’il rentrait dans mon jeu et s’y mettait aussi. C’était celui qui lançait le plus de pic qui avait gagné. Parfois je dois dire qu’il me laisse un peu sur le cul parce que je ne sais pas quoi lui répondre, mais j’ai toujours droit à mes revanches. Notre relation avait toujours été étrange. En vrai, les gens de l’extérieur devaient se demander pourquoi nous nous côtoyons si c’était pour nous clasher sans cesse. Mais au fond on s’aimait bien. Voir même plus. D’ailleurs, ça faisait déjà un bout de temps que nous ne nous étions pas vus. Il m’avait donné rendez-vous à Kalininski pour allez passer la soirée dans une discothèque de Primorski. J’avais beau habiter dans la rue de la principale discothèque de la ville, je lui ai quand même proposé de m’attendre en voiture à Kalininski. Ce n’était pas loin et en même temps je pourrais aller m’acheter des cigarettes, enfin plutôt voler des cigarettes, parce qu’en ce moment j’étais un peu à la ramasse, le loyer venait de tomber et toutes les factures qui s’en suivent également. Et puis j’avais toujours été très spéciale, alors ce genre de réactions ne devraient surprendre personne. Il faisait un froid monstrueux en ce moment, mais j’avais envie de marcher un peu et de prendre l’air avant d’aller m’enfermer des heures dans une boîte de nuit où je crèverai de chaud au bout de vingt minutes. J’aimais sentir le froid sur mes joues et le vent s’engouffrer dans mes cheveux.


    Le soir venu je suis partit précipitamment de mon appartement, je n’ai pas pu voler de cigarettes étant seule dans la boutique avec le vendeur les yeux rivés sur mes faits et gestes je n’ai pas osé.

    Quand j’ai déboulé sur le parking j’ai directement aperçu la voiture de Felix. Je m’y suis dirigée discrètement pour surprendre le beau brun. Et lorsque j’ai toqué à la fenêtre je l’ai vu sursauter. Me retenant de rire, je suis entrée dans sa voiture. Je tenais pas vraiment à rester ici et le vexer dès la première seconde de notre rendez-vous. Même si j’avais déjà envie de le taquiner. C’était fou, dès que j’étais avec lui mon côté chieuse et joyeuse ressortait. En un claquement de doigts. Lorsqu’il m’a tendu sa joue pour que je l’embrasse j’ai eu envie de répliquer un quelque chose mais je me suis résignée. Un peu de patience pour les taquineries, on aura toute la soirée et toute la nuit même.

    Nous avons laissé régner le silence dans la voiture de Felix le temps d’arriver devant la discothèque. Le silence entre nous ne me gênait pas. Ce n’était pas pour autant que certaines situations dans lesquelles Felix me laissait parfois ne me gênaient pas, au contraire…

    Arrivés dans la salle mouvementée je laissais Felix me débarrasser de ma veste et m’attirer sur la piste de danse, déjà bien occupée. Je n’ai même pas eu le temps de répondre à sa question, il me tenait déjà le bas du dos et la main pour danser.

    « J’ai pas eu trop le choix en fait. »

    Je souriais. La musique était douce, c’était à croire qu’ils avaient fait exprès de mettre une musique qui ne nécessitait pas de sauter dans tous les sens au moment où on arrivait.

    « Avoue que t’as payé le DJ pour qu’il mette une chanson « douce » au moment de notre arrivée. »


    Je lui frictionnais les cheveux parce que je savais qu’il détestait ça et pendant qu’il tentait une récidive je me suis écartée de lui pour me diriger vers le centre de la piste de danse en me déhanchant. Puis me retournant brusquement au milieu de la foule, j’ai vu Felix me suivre, un sourire amusé sur les lèvres. Et moi je continuais de danser doucement, souriante, comme si j’étais totalement vivante pour un soir.

    « C’est partit mon Minou. »

    Je lui ai attrapé la main et je me suis mise à tourner pour passer en dessous de nos deux bras reliés. Puis je suis revenue me coller contre lui en me trémoussant dans tous les sens et en le poussant à suivre mon exemple, la musique venait de changer et celle-ci nécessitait de bouger. Beaucoup bouger.

_________________


don't make me sad, don't make me cry.
come and take a walk on the wild side. let me kiss you hard in the pouring rain. you like your girls insane. choose your last words. this is the last time. cause you and I, we were born to die.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

come on, babe. w/kaytlin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
squat my mind :: Ô SAINT-PETERSBOURG ! :: ❖ Primorski arrond... :: discothèques-