AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 JUDE&FEO ;; ❝ suce moi l'autre tiens. ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar
IDENTITY CARD

« Y. Feofan A. Bielinski »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Feofan, Aleksei, Yasha Bielinski
→ ÂGE : 24 y.o.
→ PAPIERS : 231
→ LIEU DE RÉSIDENCE : moskovski arround...
→ SITUATION : célibataire, branleur et chieur à temps plein.
→ BOULOT : branleur, étudiant et chanteur dans un groupe.



MessageSujet: JUDE&FEO ;; ❝ suce moi l'autre tiens. ❞    Dim 15 Jan - 22:02





suce moi l'autre tiens.



Bagdad actuellement, c'est pas une ville d'Irak, c'est le mal de crâne que je me tapais en ce moment. La bouteille de 'sky sur la table de nuit, je me réveillais avec une gueule de bois digne d'un enterrement vie de garçon. Je passais ma main dans mes cheveux avant de terrasser la couette qui oppressait cruellement ma petite personne, me levant plus vite que prévu, titubant comme pas permis, avant de retomber sur le lit comme une merde lâché par un chien dans la rue. Une mauvaise gueule de bois qui ne tardera pas à sortir quelques secondes plus tard dans les toilettes après un sprint semblable à celui d'un champion comme Usain Bolt. J'essuyais ma bouche, avant de me relever, appuyer contre la chose qui émanait une odeur putride et répugnante. Je tirais la chasse d'eau avant de sortir le plus vite possible d'un cauchemar semblable au micro pénis d'Hélios. Ouais bon j'y allais un peu fort c'est vrai, je l'avais jamais vu son entrejambe et je ne souhaitais jamais la voir de ma vie, mais je ne pouvais pas m'empêcher de chambrer ma petite couillasse préférée. N'ayant guère faim après ce que je venais de lâcher dans les toilettes, je passais à la douche, m'habillant en trombe, avant de quitter mon appartement. Une clope au bec, je déambulais dans les rues de Saint Pétersbourg, ayant pour idée de rejoindre le squat, caressant l'espérance de voir du monde, en particulier Jude et Hélios. La femme qui, dans le passé, était ma mère me manque, je trouve cette excuse pour picoler, pour me défoncer, parce que je n'ai aucune solution pour mettre fin à la douleur que je ressens, parce que je me sens minable et faible, parce que je me considère comme une vulgaire merde. Je n'étais plus vraiment moi-même, mais avoir quelques moments à moi avec mes potes ça me faisait un grand bien. Une cicatrice comme celle-ci restait parfois toute une vie, moi j'essayais de la faire fuir, de la rendre moins douloureuse, voir de la rendre poussière. Simplement je n'y arrivais pas, non pas par manque de volonté, mais par manque de force, par manque de solution fiable. Je n'étais sans doute pas l'homme fort que je prétendais être, j'étais capable de supporter les humiliations de mon père, alors que je ne suis aucunement apte à apaiser mon esprit, ma conscience. Je n'étais pas assez grand pour comprendre comment résoudre mon problème, la vérité c'était que ma mère me manquait, que sans elle je n'étais rien et comme un gamin qui est perdu dans le supermarché, je commence à paniquer, avant de fondre en larme, la tête baissé, ajoutant ma capuche sur ma tête, afin de masquer mon visage envahit par les larmes et le désespoir.

Je passais ma main tatoué, abîmée par le froid sur le bout de mon nez, avant de glisser grâce à l'autre, une clope à ma bouche. Appuyant sur le briquet afin de créer le feu nécessaire pour allumer la cigarette, je poursuivais ma route, arrêtant de sangloter comme un enfant, histoire de ne pas attirer l'attention au squat. Le froid venait saisir mes pieds, avant de pénétrer dans mon dos, détruisant peu à peu chacun de mes membres, mais je m'en foutais, je préférais crever de froid, de toute manière je savais que je manquerais à personne. Même pas à mon père. J'essuyais une dernière fois mes larmes, avant d'enjamber un parterre de buisson, atteignant ainsi le squat, voyant au loin deux trois connaissances, cherchant du regard le chef incontesté de son slip et l'autre cassos. Soufflant la fumée dans tous les sens tel un dragon comme dans les jeux vidéo, j'avançais tel un gamin qui arrivait dans une fête foraine, avant de me poser sur un bout de bois. La main dans la poche, je cherchais toujours du regard, avant de m'approcher de plus prêt. Je serrais deux trois mains, avant de m'installer plus loin, c'est quand j'ai le cul par terre que Jude arriva, comme quoi se mec, même quand il le faisait pas exprès, il se foutait bien de ma gueule. Je me relevais, avant d'aller dans sa direction et de lui faire le rituel du tcheck façon racaille old school. Je lui tapais la main, avant de cogner mon poing contre le sien et faire un symbole d'explosion en ouvrant ce dernier, imitant le bruit avec la bouche du mieux que je pouvais. Un vrai gosse. « Bien ma couillasse ? Enfin je veux dire, m'sieur le patron … patron de ta culotte ouais. » Je souriais, avant de lui proposer une petite cigarette, voir même un petit joint entre pote. C'était un peu le p'tit jeune que j'avais pris sous mon aile, mais il avait un caractère bien plus fort que le mien, une vraie crevure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Judicaël V. Otrovski »
Féminin
→ NOMS COMPLETS : Judicaël Volodia Otrovski. (Ou Sacha Romanov, mais ça date.)
→ ÂGE : 20 ans.
→ PAPIERS : 477
→ LIEU DE RÉSIDENCE : Vassilievski. Dans le squat, wesh.
→ SITUATION : En orgie sexuelle. Disons que mon lit n'est jamais vide, et pourtant mon coeur est pris par quelqu'un que je ne nommerai pas.
→ BOULOT : Oganisateur de raves, chef autoproclamé (mais pas tyran) du squat, et chieur à plein temps.



MessageSujet: Re: JUDE&FEO ;; ❝ suce moi l'autre tiens. ❞    Ven 27 Jan - 9:51

« lèche mes châtaignes. »


« C'est qui elle ? » C'est ce que je me suis dit, à peine mes paupières ouvertes. Après, évidemment, je suis resté blasé. Coucher avec une fille différente tous les soirs, c'était loin d'être nouveau pour moi, c'était même une habitude. Celle là était rousse, une chance. j'ai toujours kiffé les rousses, c'était les meilleures au lit. Les moins farouches quoi, et j'peux vous dire, j'ai testé tous les genres. Bref, ce matin là, y'avait qu'un seul problème. Etre dans un lit inconnu, au squat, ça allait, mais le truc, c'est que je retrouvais plus mes fringues. j'ai fouillé toute la pièce, en vain, et la meuf s'est même pas réveillée, je crois qu'elle avait la gueule de bois. Moi, j'ai jamais ce truc, j'suis trop habitué à avoir de l'alcool dans le sang faut croire. C'est plutôt avantageux quand on y pense, quand tu vois les têtes de zombies des autres qui se réveillent après une rave et que toi t'es tout frais et prêt à refaire la fête le soir même. C'était l'histoire de ma vie. Ca m'aidait bien, par exemple pour chercher mes fringues ce matin là. Surtout qu'il faisait un peu froid et que j'avais pas non plus une penderie de fashionista, merde. En caleçon, j'ai déambulé à travers tout le squat, passant ma tête dans l'embrasure des portes. « T'as vu mes fringues ? » au bout de la 5ème ou 6ème porte, j'sais plus trop, un pote me les balança à la gueule en riant. « Tiens, tes trucs. Ils étaient devant la porte d'une chambre, sûrement celle ou t'as dormi la nuit dernière. Enfin, si t'as dormi, j'entends, elle était bonne la rouquine. » Enfilant mon jean et un vieux pull déchiré, mais qui m'allait bien comme tout ce que je portais, j'ai fouillé ma poche droite. Dieu merci, mon paquet de clopes était encore là. Au squat, c'était un véritable miracle. Mais en même temps ici, tout le monde savait que si on me volait un truc, ça allait chier, et pas qu'un peu. « Si tu savais, mon vieux. Bon, j'me taille. » Après un signe de la main, j'suis vite descendu devant le vieil HLM ou j'habitais en quelque sorte, disant bonjour à certaines personnes, à la plupart quoi. C'est un des inconvénients d'être un peu le boss du squat : tout le monde vous connaît, en bien ou en mal. Heureusement j'avais pas encore eu de mutinerie ou quoi que ce soit du style. Allumant ma clope avec l'éternel zippo que je trimbalais H24, je fis des ronds avec la fumée tout en marchant sans but précis.

Devant moi, une silhouette que je reconnus entre mille. Cette coupe de tafiole et ces tatouages encore plus nombreux que les miens, pas de doute, c'était Feo. Feo c'était un de mes meilleurs potes, mais il habitait pas au squat. Nan lui il avait un appart à lui, avec le chauffage, la télé et une vraie douche. J'vous cache pas que je suis souvent fourré à sa piaule quand j'me les gèle trop. Mais j'abandonne jamais vraiment mon squat. C'est bizarre, Feo il m'avait pris sous son aile, c'était un peu mon grand frère, pourtant j'le niquais en matière de mauvais caractère. On pouvait pas vraiment dire que c'était un modèle pour moi quoi. Des fois, j'avais même l'impression d'être plus vieux que lui. C'était pas un petit con qui sautait sur tout ce qui bougeait comme moi, il était plus posé et calme. Bon, fallait pas le chercher non plus, mais vous voyez c'que j'veux dire, il était pas pareil que moi quoi. En tout cas, Feo, il était cool. J'ai fini ma clope en 2 secondes, le temps qu'il marche vers moi. j'avais cette mauvaise manie de fumer très très vite, comme si c'était vital et non un plaisir. Peut être que c'était le cas. Après notre éternel tchek de la mort, habitude qu'on avait depuis qu'on se connaissait, il me lança : « Bien ma couillasse ? Enfin je veux dire, m'sieur le patron … patron de ta culotte ouais. » Je levai les yeux au ciel et prit la clope qu'il avait à la bouche, tirant une taffe dessus. Je vous ai dit que j'adorais faire chier les gens ? Mes potes n'échappaient pas à la règle. « De la culotte des autres aussi, bro. Et cherche pas, je gère ici, pas la peine de nier. » Feo il aimait bien contester le fait que j'étais le chef du squat, mais fallait se faire une raison, je gérais ici. C'était un fait quoi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
IDENTITY CARD

« Y. Feofan A. Bielinski »
Masculin
→ NOMS COMPLETS : Feofan, Aleksei, Yasha Bielinski
→ ÂGE : 24 y.o.
→ PAPIERS : 231
→ LIEU DE RÉSIDENCE : moskovski arround...
→ SITUATION : célibataire, branleur et chieur à temps plein.
→ BOULOT : branleur, étudiant et chanteur dans un groupe.



MessageSujet: Re: JUDE&FEO ;; ❝ suce moi l'autre tiens. ❞    Mar 31 Jan - 18:21

JUDE&FEOϟ « SUCE MOI L'AUTRE TIENS » Absorbing your pills, drinking your whiskey addicted to those shits in all legality make up your mind we got a space of freedom to find a shared liberty is what I ask for ! You'd better choose your poison ; valium Kills I know ? You'd better be high on Weed and quit your pills you know !



La drogue dans la main, j'effritais le petit bout de shit que j'avais eu, la cigarette posée sur l'oreille droite, fixant ma manipulation avec une envie particulière. Le camé était en manque de sa dose mais malgré ce désir intense de sentir la croquette effritée mélangée à l'odeur du tabac, je restais concentré afin d'effectuer un roulage parfait. J'imaginais déjà le goût de la fumée et la douleur qu'elle allait me procurer en pénétrant dans ma gorge profonde (sympa l'image). Après le léger coup de langue passé sur la bordure de la feuille OCB slim, j'utilisais mes doigts afin d'effectuer le joint, avant de le glisser sur mon oreille. La drogue était un moyen d'échapper aux nombreux problèmes de la veille. Je me réveillais à moitié défoncé, je n'avais rien en tête, cette merde m'aidait au quotidien, car je n'étais pas le roi de la communication. J'avais du mal à exprimer ce que je ressentais, que ce soit à Jude ou à Alyona. Le sentimental ce n'est pas pour moi et ça ne le sera sans doute jamais. Mon père m'a déçu et pourtant je persiste à croire qu'il y a encore une once de gentillesse en lui, simplement je me voile sans doute la face. Il est mon père quand même … je suis son fils, son sang il pourrait faire un minimum d'effort, mais non. J'espère que maman voit ce que je subis chaque jour, qu'elle est consciente que je ne suis rien sans elle, que papa m'a viré de la maison en me foutant dans un appartement, payant le loyer comme on paye un morceau de pain dans une boulangerie. Son argent je n'en avais pas besoin et dans le pire des cas, s'il refuse de payer mon loyer, vivre au squat ne me posera pas de problème bien que de passer du luxe à la misère sera dur pendant quelques temps. C'est juste l'histoire d'un ou deux jours, histoire de m'adapter à la nature du sol et à la température nocturne. Mais dans aucun cas je voulais faire ce plaisir à mon père, pleurer à ses pieds comme un chien voulant courir après un os. J'étais plus malin que ça et j'avais très bien compris son stratagème, mais je savais qu'un jour il allait arrêter de payer, l'option du boulot n'est pas vraiment envisagé, je n'ai pas envie de me tuer à la tâche, puisqu'un seul job ne suffirait pas. Il aurait fallut que j'en fasse trois, ou minimum deux. Et je ne voulais pas pourrir mon temps à bosser encore et encore. Je suis jeune merde, je vaux mieux que ça.


Jude faisait encore son chaud, je ne sais pas pourquoi, ce mec il avait un charisme incroyable. Voilà pourquoi ici personne n'osait lui tenir tête, mais moi je pouvais me le permettre, enfin disons que j'étais son meilleur pote donc c'est amplement normal. Je passais machinalement une main dans mes cheveux avant de placer le pétard entre mes deux lèvres de façon à le coincer pour ne pas qu'il tombe à terre. Avant d'allumer ce dernier, j'écoutais Jude parler, pour encore dire de la merde. J'esquissais un sourire, puis finalement je lui tournais le dos afin d'aller me poser à l'abri du froid, et pour m’asseoir aussi. Je voulais pas rester debout une éternité, c'était pas le but de l'après-midi, non monsieur. La jeunesse de nos jours, elle fume, elle boit, elle se la pète, elle baise. On est les rois du monde, enfin on pense l'être. Le truc, c'est qu'on a foutu notre merde d'une façon plus intense que les autres générations. Le squat c'était ma deuxième maison, sauf que je n'avais pas de famille, de toute manière, à par ma maman, je n'avais plus personne. Elle était encore là dans mon corps, même si son image martelait mon cerveau, même si je faisais tout pour oublier son existence histoire d'aller mieux. J'ai du mal, je me sens faible parce que je pensais être prêt à endurer ça, mais au final non je ne le suis pas. Au lieu de me battre, je trouve des alternatives, j'essaye de fuir par le chemin de la drogue en oubliant que je souffre réellement, laissant la douleur s’estomper après deux trois lattes dans le joint. La défonce c'était la force des faibles, dans un sens ce n'était pas faux. Je ne niais aucunement le fait d'en être un, simplement je ne voulais pas me l'avouer à moi-même, c'est bien trop dur à encaisser comme remarque. Alors je fume, je bois, je me détruis parce que j'aime ça, parce que je suis jeune et que j'ai tellement de chose à découvrir, mais aussi tellement de douleur à oublier. J'ai du mal à m'en sortir, j'aimerais tellement, mais pourtant ça me rend dingue rien qu'à l'idée de réfléchir à une solution. La seule plausible c'est laisser le temps faire son devoir sauf que c'est souvent plus facile à dire qu'à faire. Je laissais mon esprit revenir au moment présent, ayant entendu comme un écho la voix de Jude, qui venait me sonner douloureusement les tympans. Inutile de chercher mes mots, ils étaient déjà là, sur ma langue, prêt à renverser le sourire de mon meilleur pote. « Okay okay dans ce cas ... » je laissais un suspense avant de faire le signe militaire afin de me foutre de sa gueule, avant d'ajouter. « Mon zizi vous passe le salam commandant. » Je souriais comme un abruti, avant de lui tendre la cigarette magique, celle qui allait le détendre et l'emmener voyager au pays d'Alice, voir même dans la jungle du Roi Lion.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

IDENTITY CARD

« Contenu sponsorisé »



MessageSujet: Re: JUDE&FEO ;; ❝ suce moi l'autre tiens. ❞    

Revenir en haut Aller en bas
 

JUDE&FEO ;; ❝ suce moi l'autre tiens. ❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
squat my mind :: Ô SAINT-PETERSBOURG ! :: ❖ Vassilievski arround... :: le vieil HLM-